3 musées, 3 villes

Emplacement actuel du planétaire de François Ducommun dans le musée
La cage à oiseau qui surmonte la pendule Jaquet-Droz (coll. MHL)
La pendule astronomique d'Albert Billeter, détail: les cadrans (coll. MAHN)
Détail d'une chaîne Jaquet-Droz à 5 maillons

3 villes, 3 musées, 3 pièces exceptionnelles Pour un nouveau projet de l'association Automates & merveilles

Le Musée international d'horlogerie de La Chaux-de-Fonds, le Musée d'art et d'histoire de Neuchâtel et le Musée d'horlogerie du Locle – Château des Monts continuent leur collaboration et mettent en commun leur savoir-faire respectif pour la sauvegarde d'un patrimoine horloger d'importance.

Les œuvres choisies par les musées représentent des similitudes qui apportent davantage de pertinence aux projets de restauration: 

  • le planétaire de François Ducommun du Musée international d’horlogerie de La Chaux-de-Fonds (MIH)  
  • la pendule à oiseau chantant de Pierre Jaquet-Droz du Musée d’horlogerie du Locle, Château des Monts (MHL)
  • la pendule astronomique d’Albert Billeter du Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (MAHN) 

La cohérence de ce nouveau projet de l'Association Automates & Merveilles ne peut se concevoir que dans son unicité. 

  • Œuvres d'horlogers neuchâtelois (Ducommun, Jaquet-Droz et Billeter)
  • Pièces uniques de grande valeur patrimoniale, datées toutes trois de la première moitié du XIXème siècle
  • Chacune est présentée de manière permanente au public dans son musée respectif
  • Elles sont toutes présentes dans l’«Histoire de la Pendulerie neuchâteloise» d’Alfred Chapuis où elles sont référencées et décrites.
  • Elles présentent un bon état de conservation, nécessitant des interventions ciblées
  • Les chaînes à 4 maillons, indispensables pour la pendule à musique de Pierre Jaquet-Droz du MHL, sont typiques des pièces de cet horloger qui comportent un gros barillet pour la force nécessaire à leur fonctionnement (musique et automates). L'étude et la réalisation de telles chaines est un objectif commun, puisque les trois institutions sont propriétaires d'œuvres des Jaquet-Droz.