RESTAURATION
La pendule astronomique d’Albert Billeter
LIEU
Musée d'art et d'histoire,
Esplanade Léopold-Robert 1, 2000 Neuchâtel

à Neuchâtel :
la pendule astronomique d'albert billeter (1840)

Signature d'Albert Billeter sur la face des cadrans
Les sept cadrans, le guichet de la phase de lune et le cartouche de la signature. Sur le pourtour les secondes
Détail du cadran du zodiaque
Détail du pendule à mercure
Cadrature de l'horloge
La roue des 24 heures

Objet:

Pendule de parquet à complications de temps et astronomiques signée Albert Billeter 1840. Probablement produite à La Chaux-de-Fonds, le mécanisme de temps comprend un échappement à ancre à chevilles ainsi qu'un balancier à la seconde compensé thermiquement par du mercure. Le cabinet est composé de bois et de verre.

          Les indications astronomiques sont affichées au moyen d'une plaque de base en laiton supportant des petits cadrans à cartouches émaillés. Les lectures sont les suivantes:

  • Temps moyen
  • Temps légal
  • Equation du temps
  • Quantième complet (date, jour, mois et année)
  • Signes du zodiaque
  • Seconde centrale, indexée par des pastilles émaillées sur le pourtour extérieur
  • Lunaison

Un cartouche émaillé à 6 heures indique le nom du fabricant de l'horloge "Verfertigt von Albert Billeter 1840".

Le système de remontage fut modifié postérieurement par électrification et la sonnerie ainsi que le système de rattrapage du quantième perpétuel sont manquants.

  • Dimensions totales: hauteur 219 cm, largeur 69 cm, profondeur 43 cm.

Cet objet fait partie de la collection du Musée d'art et d'histoire de Neuchâtel et est inventorié sous le numéro AA 5004. 

But du projet de restauration:

La grande horloge de Billeter est actuellement exposée dans la salle dédiée aux automates Jaquet-Droz. Elle n’est plus en fonction depuis un temps indéterminé et possède des marques d’usage telles que frottements, petites cassures, ternissement, oxydation des métaux, etc. qui ne rendent pas justice à la beauté et à l’importance de cet objet.

Le but du projet de restauration est donc double:

  • Retrouver un état qui permette d’exposer cette horloge en lui rendant son éclat, réparer les cassures et lacunes diverses. Dans ce cadre, une mise à distance devra être imaginée pour l’exposition future.
  • Déterminer s’il est possible et adéquat de remettre cette pièce en fonction. En effet, à l’instar des automates, l’esprit même d’une telle pendule (et donc la compréhension que les visiteurs peuvent en avoir) passe par le mouvement qui l’anime. Pour autant que cela soit en accord avec la conservation de la pièce, il serait donc souhaitable que cette pièce soit remise en fonction.

Mentionnons encore que la salle des automates Jaquet-Droz fera l’objet prochainement d’un important travail de remise à jour et de transformation. Dans ce cadre, l’horloge de Billeter prend tout son sens comme objet de haute complexité réalisé dans notre région, tout comme les automates quelques années auparavant.

 

Intervention sur les mécanismes:

  • Démontage, relevés et prises de photographies
  • Nettoyage des pièces et leur remise en état (rouage de temps, cadrature et système d'affichage)
  • Remise en état du moteur
  • Remontage         
  • Etude des mécanismes (calculs/schémas/analyse, reconstruction du système du quantième perpétuel)                                                                   
  • Rapport de travail                                                   
  • Sous-traitance (rembobinage moteur et retouches cadrans émail)             

Remarque:

Le mécanisme de sonnerie manquant ne sera pas reconstruit.

 Soit un total d’environ 582 heures

Autres interventions:

  • Modification des conditions d’expositions et  sécurisation de l’objet

Intervention d’un restaurateur d’art:

  • Restauration du cabinet par un artisan indépendant.